Jean-Claude Carrière
Un esprit libre

par Anne-Marie Rouillé Gayral

 

Romancier, scénariste, réalisateur, dramaturge, poète, comédien, metteur en scène, humoriste et plus encore… Résumer Jean-Claude Carrière est une mission presqu’impossible…
Curieux de tout, grand voyageur, gourmand de vie, il s’intéresse à tout et à tous. Simple et génèreux, honnête homme du XXIe siècle, il a une vie riche et bien remplie. Né à Colombières sur Orb, dans les hauts cantons du département de l’Hérault, le 17 septembre 1931, dans une famille de viticulteurs, Jean Claude Carrière reste fidèle à ce lieu où il réside plusieurs mois par an.
Son père, Félix, est né dans ce village le 9 avril 1899 ; il a un frère aîné, François qui sera tué aux Dardanelles le 8 novembre 1915. Jean Claude considère que ce décès est à l’origine de sa naissance : « si François avait vécu, étant l’aîné il aurait succédé à son père, à la tête de la propriété, et mon propre père aurait du quitter les lieux ; il n’aurait jamais alors rencontré ma mère et je ne serais pas né » dit-il. Félix Carrière a en effet épousé Alida Salles le 9 janvier 1930 à Saint Martin d’Arçon, village voisin de Colombières sur Orb d’où elle est originaire. De souche héraultaise, il se rattache par l’ascendance de sa grand-mère paternelle à une branche des De Caylus, seigneurs de Colombières et d’Olargues. Lignée descendant elle même des Seigneurs de Rouergue ; cette branche a dérogé après s’être ruinée dans les guerres de religion ; elle figure dans l’ascendance de Jean Claude Carrière sous le nom de Caylus de la 8e à la 11e génération et de De Caylus de Colombières dès la 12e génération. En 1941, il entre comme pensionnaire au collège religieux d’Ardouane, proche de Saint Pons (Hérault).

michèle Morgan
Ah ! le bel arbre et de beaux yeux...


par Luc Antonini

 

On compte 45 771 personnes portant le nom Roussel aujourd’hui en France selon les estimations de L’Internaute. Le nom Roussel figure au 39e rang des noms les plus portés en France. Diminutifs formés sur Roux, sobriquet désignant celui qui a les cheveux roux, c’est l’un des noms les plus fréquents en France.
Des origines Picardes
Les Roussel sont Picards, originaires du petit village de Méry Picardie. En effet, c’est en 1932, en souvenir des durs combats de juin 1918, que le village de Méry ajouta le surnom de la Bataille. Un des ancêtres de Michèle Morgan, Jean Roussel y est né le 30 avril 1634, où il convole le 19 mai 1854 avec Anne de Maricourt, fille d’Adrien de Maricourt et de Magdeleine Bonvalet ; de cette union est né Jean Roussel, huissier, né le 25 mai 1664, alliée à Méry le 2 décembre 1690 à Catherine Boquet. Leur fils Valentin Roussel voit le jour à Méry le 19 novembre 1701 ; de son mariage qui eu lieu le 19 juin 1731 avec Marie Madeleine Chambellan, naquit Michel Roussel. Ce dernier épouse à Méry le 30 avril 1765 Barbe Toudouze. Leur fils Louis Joseph Roussel s’établit à Agnetz dans le département de l’Oise, situé à 70 Km au Nord de Paris. Louis Joseph Roussel y épouse Marie Marguerite Adélaïde Gavrel qui vécut à Gicourt, hameau de Agnest, route de Beauvais, où ils tiennent une auberge. Marie Marguerite est la fille Louis Gavrel, clerc-laïc, c’est dire une personne sachant lire, écrire et compter, au service d’un seigneur, ou d’une corporation, employé au service du clergé régulier ou séculier, contrôleur, greffier. Louis Gravel est mort à Agnetz le 22 novembre 1851, ayant épousé à Francières (60) le 3 février 1767 Marie Françoise Louis, fille de Philippe Louis et de Marguerite Potier.
Louis Joseph Roussel et Marie Gavrel sont les parents de François Casimir Roussel, né à Agnetz le 21 février 1811. Son fils épouse le 21 juin 1846 Marguerite Lefeuvre, qui vit à Londres en 1883.

Inès de La Fressange

La reine des podiums

par Luc Antonini

  

Inès est la fille d’un aristocrate avocat d’affaires international, André de Seignard de La Fressange, et d’un mannequin argentin Cecilia Sanchez-Cirez.

Les Sagnard font partie des plus nobles et des plus anciennes familles de France.
Le premier de cette lignée c’est Jean de Sagnard, écuyer, seigneur du fief de Sagnard, paroisse de Saint-Voy en Velay. Il est promu premier écuyer du roi Charles VII. Jean de Sagnard est anobli par lettres patentes du 29 avril 1439, son fils Jean II de Sagnard fit une brillante carrière militaire. Le fils de ce dernier, Antoine de Sagnard, est qualifié d’écuyer. Il est le père de quatre fils, dont Pierre.
L’histoire d’une famille Pierre de Sagnard est aussi écuyer, coseigneur de Mortesagne, marié à Suzanne de Bonnissol. De cette union naquirent trois enfants, dont César. César de Sagnard, capitaine de cavalerie, marié le 14 mai 1589 à Claude de Langon qui lui donne quatre enfants : Antoine qui est l’auteur de la branche de Glavenas, Jean qui suit, Jean-Baptiste, qui forme la branche de Canson et Pierre, seigneur de Maumeyre.
Jean de Sagnard épouse le 25 octobre 1627 Claudia de La Fressange. Jean est seigneur de Préaux, Montméa, Poinsac, et de La Fressange, terre que lui apporta son épouse. Le ménage Sagnard de La Fressange eut cinq enfants. Dont Gabriel. Il voit le jour en 1626 et meurt le 5 août 1702, seigneur de La Fressange, maintenu dans sa noblesse par jugement souverain.

Thomas Dutronc
Né à Paris le 16 juin 1973

par Luc Antonini

 

Fils de deux stars des Yéyés, Françoise Hardy et Jacques Dutronc, Thomas a su se faire un prénom !

Dutronc, Dutront, Dutron, Detron, Dutroun. Ce nom est surtout porté dans l’Ardèche. On le trouve aussi en Saône-et-Loire, tout comme le patronyme voisin Dutronc, qui semble être une variante. Il désigne celui qui est originaire d’un lieu-dit le Tron, toponyme souvent associé à des collines, à des sommets, et qu’il faut peutêtre rapprocher de l’occitan tron (= tonnerre). Le rapport avec un tronc d’arbre est sans doute erroné. (Geneanet)
Aujourd’hui ce sont 590 personnes qui portent le nom de Dutronc en France, selon les estimations de L’Internaute. Le nom Dutronc figure au 15 634e rang des noms les plus portés en France.

Correction Généalogie de Claude François

 

I - Nicolas Joseph FRANÇOIS, marié avec Marie Barbe COLLE, d'où :

II - Nicolas Joseph FRANÇOIS, né à Saint-Maurice-sur-Moselle (88) le 29 novembre 1835, marié le 13 février 1872 avec Marie Anne Delphine CALLON, née le 16 mars 1845 à Mars (07), fille de Jean Pierre (1814-1875), et d'Henriette GIBERT (°1816), d'où :

1° Gustave FRANÇOIS, né le 24 novembre 1871.
2° Élisa FRANÇOIS, née à Suez (ÉGYPTE) le 25 septembre 1875, décédée à Saint-Piat le 28 février 1956, mariée avec Alphonse Armand HÉRIVAUX. Elle en a eu :
a) Violette HÉRIVAUX.
b) Louise HÉRIVAUX.
c) Armand HÉRIVAUX.
3° Adolphe FRANÇOIS. Qui suit en III.